En fait, 2019 a été une année de sensibilisation. Une année qui a vu des millions de personnes défiler dans les rues du monde entier pour réclamer une action en faveur du climat. 2019 a également été l'année où cet appel au changement a été soutenu par des politiques concrètes, telles que la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes, le Green Deal de l'UE, le Trillion Trees du Forum économique mondial. La prise de conscience collective montre qu'il s'agit d'une période d'éveil, au cours de laquelle nous devenons des acteurs, et pas seulement des rêveurs.

"Consciente que la gestion durable des paysages est d'une grande importance pour trouver des solutions aux problèmes liés au climat, à l'alimentation et à la biodiversité, cette crise a clairement montré que des écosystèmes sains, des populations saines et de nouvelles façons de faire des affaires sont intrinsèquement liés. C'est pourquoi les systèmes régénératifs d'utilisation des terres, combinés à des solutions fondées sur la nature et à la conservation, sont la seule voie à suivre. Nous sommes convaincus que nous pouvons accélérer ce processus si nous disposons d'une approche commune qui soit pratique et axée sur les affaires, de manière à ce que les gens la comprennent. Le cadre des 4 retours sur la gestion holistique des paysages est prometteur à cet égard.

En 2019, nous avons consolidé nos résultats, réfléchi à nos apprentissages et repensé notre stratégie afin d'identifier les prochaines étapes pour accroître notre impact. Avec l'équipe et le conseil d'administration, nous avons suivi un processus minutieux pour reformuler notre vision, notre mission et notre stratégie avec la participation de nos partenaires paysagistes et de notre réseau d'experts. Ce processus a débouché sur une mission ambitieuse : réaliser 100 millions d'hectares sous gestion restauratrice en 2040, dans le cadre de la Décennie des Nations unies pour la restauration des écosystèmes. Nous visons à réaliser cette mission avec une approche améliorée de la gestion des parties prenantes, des modèles commerciaux sur l'agriculture régénérative, la sylviculture et la finance, ainsi que trois "échelles" de sensibilisation. Pour y parvenir, l'équipe Commonland avait besoin d'une nouvelle structure organisationnelle et de se concentrer sur la communication, la politique, le développement commercial et la mobilisation de fonds. C'est pourquoi la monétisation des 4 paysages de retour est devenue une priorité, car ces informations sont nécessaires pour convaincre les bailleurs de fonds et les investisseurs. Les premières conclusions sont prometteuses et montrent que la gestion durable des paysages est l'un des moyens les plus rentables de générer davantage de revenus et de réduire les risques climatiques, écosystémiques et sociaux.

Nous poursuivrons dans cette voie et créerons davantage de partenariats pour accomplir notre mission : transformer des paysages dégradés et mal gérés en écosystèmes, économies locales et communautés prospères".

Béla Jankovich, Président

Retrouvez toutes les activités, les faits marquants et les anecdotes de 2019 dans notre rapport annuel. ici.

fr_FRFrançais